Mon panier

Fermer

Définition de la cosmétique holistique

Rédigé par Corinne De Leenheer

• 

Publié le February 23 2020

La cosmétique holistique, un terme que vous avez sans doute repéré lors de vos lectures sur le web.

Mais qu’est-ce que la cosmétique holistique, qu’apporte t’elle de différent ?
Je vous propose de découvrir ou redécouvrir cette philosophie, concept ci-dessous :

Définition de holistique et holisme

Holistique est un adjectif découlant du mot holisme.
Le holisme du mot vient du grec ancien, hólos signifiant « entier ».

En 1926 il est mis en avant par Jan Christiann Smuts, un homme sud-africain, dans un ouvrage intitulé Holism and Evolution.

Dans son ouvrage, monsieur Smuts déclare "la tendance dans la nature à constituer des ensembles qui sont supérieurs à la somme de leurs parties, au travers de l'évolution créatrice."

Le holisme est considéré par certaines personnes comme une doctrine, un concept ou encore une philosophie de vie.

Mais tous se rejoignent sur le fait que le holisme met l’accent sur l’importance d’une totalité comme étant quelque chose qui va bien au-delà de la somme de plusieurs parties.
Où il est essentiel de noter l’importance des interdépendance entre ces parties, des synergies et mécanismes.

Plongeons de façon plus technique dans le holisme et ces différents concepts :

Les types de holisme

Le holisme peut être considéré comme quelque chose de spirituel, de magique ou de totalement technique et déterminé. Et il est classifié en sous-catégories :


Le holisme ontologique est une conception opposée au réductionnisme (qui tend à considérer qu’une chose se divise en parties bien distinctes sans interactions nécessaires).
Le holisme ontologique déclare qu’à partir d’un certains seuil de complexité, le système global voit apparaître de nouvelles propriétés qui sont considérées comme émergentes.

Le holisme méthodologique est lui une conception selon laquelle une explication de quelque chose de global n’est pas données par la simple somme des données récoltées pour chacune de ses parties décortiquées, divisées. Et qu’une hypothèse n’est jamais réfutable ni vérifiable uniquement par le biais d’une expérience.

Le holisme épistémologique est quant à lui une spécification du holisme méthodologique, en effet entre 1861 et 1916, Pierre Duhem ( philosophe et chimiste) écris une thèse selon laquelle il est important de noter que les choses présentes dans le monde extérieur ne doivent pas être considérées de façon individuelle mais comme une expérience globale.
Un autre théoricien, Williard Van Oman Quine lui déclarera qu’il ne se limite pas au champs de la physique comme la théorie de Duhem, mais que le holisme épistémologique s’étend à toute la sphère de la science.
Selon lui, toutes nos connaissances sont vouées à se soutenir mutuellement sans qu’il existe un seul socle originel

Le holisme logique est quand à lui un concept selon lequel les règles arbitraires et individuelles sont admises uniquement pour les besoin d’un raisonnement servant le global.

Le holisme sémantique lui est plutôt un point de vue selon lequel une partie du discours appartient au discours global et ne doit pas être utilisé de façon individuelle.

Et finalement le holisme philosophique est une tendance selon laquelle la vie ne peut pas être réduite à une mécanique chimico-physique. Il tend à soutenir que la vie est une synergie entre esprit et matière.
Cette catégorie du holisme est la plus connue et répandue et acceptée.
On en parle déjà au cinquième siècle avant Jésus-Christ ( Anaxagore) ou Bergson qui rédige en 1907 « L’évolution créatrice », ensuite Jan Smuts reprendra cette philosophie pour y poser un mot connu à notre époque comme étant le « holisme »

L’approche holiste dans le domaine de la sociologie se base sur les motivations et pratiques sociales des personnes au sein de la société ( le global, le tout).
Elle tend à considérer que chaque personne évolue au sein de la société selon la relation qu’elle a avec celle-ci et au travers des faits, comportements vu chez l’autre.
Elle prône cependant la supériorité de ce «tout ». L’individuel serait inférieur au global, l’explication inférieure à la compréhension, les acteurs inférieurs au système.

Mais tous les théoriciens dit collectivistes modernes vont s’appuyer sur une réalité supérieure invisible de l’œil physique : pour eux chaque personne tire son identité d’une entité supérieure globale à laquelle ils devraient juger loyauté et obéissance. Un bon exemple de ceci est Karl Marx qui a insisté sur l’importance des forces sociales qui ont une volonté qui dépasse les volontés individuelles des membres.

Ensuite, le holisme émergentiste, défendu par Mario Bunge est plus tempéré et neutre.
Il pense que la juste explication du monde et du global se situe entre l’importance des individus, parties réellement séparées est tout aussi important que la prise en compte du tout. Quelque chose qui n’accorde pas tout l’importance au «tout » et qui n’accorde pas non plus toute l’importance à « l’individuel »

Vous remarquez après lecture que beaucoup de personnes différentes ont leur propre vision du holisme et que cette doctrine, concept, philosophie de vie existe depuis plus de 1000 ans, qu’elle a été analysée de façon approfondie et a passionné de nombreux théoriciens.

Le holisme en cosmétique ou la cosmétique holistique

Comme vous l’avez compris en lisant mon charabia technique ci-dessous, le holisme peut donc être appliqué à tous les domaines de la vie, car ils sont intimement liés pour former quelque chose de plus global.

C’est comme cela qu’est née la cosmétique holistique, une approche qui a pour mission de proposer des produits qui vont au-delà d’une « simple application d’ingrédients sur la peau », ces ingrédients sont étudiés pour former des synergies de plantes, d’odeurs, de textures menant vers une mission globale : qui va stimuler le physique mais également les émotions.

La cosmétique holistique, comme je la vois est une philosophie qui tend à inclure le corps, le cœur et l’esprit dans un but global : le bien-être et la beauté de l’individu pour servir une cause elle aussi plus globale.

La cosmétique holistique c’est englober l’être dans sa globalité plutôt que de ne considérer que l’état de sa peau, qui en soit est un reflet de son être : de son physique intérieur et de son esprit qui tourne sans cesse.

La cosmétique holistique est une merveilleuse philosophie de vie qui prend en compte et mixe de façon ludique les différents aspects d’une personne. On l’écoute, on la ressens, on la guide, on l’éveille, on prend soin de toutes ces dimensions pour l’amener vers un état de bien-être global qui le fera rayonner.

C’est comme cela qu’est né mon premier rituel qui se nomme Origines, car à l’origine une seule cellule a créé et donc servi une cause globale qu’est ce que nous vivons chaque moment de notre vie.

Car finalement, la beauté n’est pas qu’une belle peau, c’est une attitude !

Et vous, quelle est votre approche de la beauté ? Plutôt individuelle- une action suffit ou êtes-vous plutôt sur une vision de beauté holistique ?

Commentaires

0 Commentaires

Ecrire un commentaire